L’AI et ton droit à l’image
L’AI et ton droit à l’image

L’AI et ton droit à l’image

L’IA et ton droit à l’image

J’ai testé 3 IA avec des prompts contenant mon nom.

J’ai aussi demandé à ChatGPT, une autre IA de OpenAI de génération de textes, une définition du droit à l’image.

J’ai résumé un peu. ChatGPT est en mode apprentissage.

« Le droit à l’image est un droit qui permet à une personne de contrôler l’utilisation de sa propre image. Il permet à une personne de décider si elle souhaite ou non que sa propre image soit utilisée à des fins commerciales ou non. Ce droit est reconnu dans de nombreux pays et est généralement protégé par la loi. »

T’as sûrement des photos qui traînent quelque part sur le Web.

Peuvent-elles servir à générer des images par IA? En théorie, oui.

En pratique, ça dépend.

Tu pourras constater avec les résultats que j’ai obtenus, qu’il n’y a aucune image dans laquelle on pourrait m’identifier formellement.

Les entreprises concernées commencent d’ailleurs à s’autoréguler à ce propos.

Adobe et Shutterstock acceptent dorénavant des images générées par l’IA et ont mis des règles pour encadrer cette nouvelle réalité.

Par exemple, aucune référence à une personne, un lieu, une marque de commerce ou un logo.

On ne peut pas non plus utiliser dans un prompt « dans le style de… »  par exemple Monet ou Warhol  sur Adobe.

Et vous ne devez pas :

Étiqueter les images générées avec des descripteurs inexacts ou vagues tels que «rendu 3D», «fond d’écran» ou «réseau de neurones», à moins qu’ils ne correspondent au sujet ou au style du contenu.

Décrire le contenu généré par l’IA comme représentant des personnes ou des lieux réels.

Conserver les paramètres techniques répétitifs tels que les fonctionnalités, les pondérations ou les paramètres spécifiques à la plate-forme à partir de votre invite dans le titre de votre élément. »

Tiré de Adobe Generative AI Content.

https://helpx.adobe.com/stock/contributor/help/generative-ai-content.html

Je te donne des exemples.

Sur Adobe, tu peux utiliser une photo:

  • originale de la Statue de la Liberté (si c’est toi qui l’as prise ou si tu as les droits sur ladite photo)
  • de la Tour Eiffel prise de jour seulement sans son éclairage de soir
  • de l’Empire State Building dans un paysage urbain et il ne doit pas être le sujet principal
  • du Colisée de Rome, de Notre-Dame-de-Paris ou de la Sagrada Familia mais de la vue extérieure seulement
  • sans restrictions du panneau Welcome to Fabulous Las Vegas

C’est assez restrictif mais rassurant en même temps.

Shutterstock et Getty Images avaient d’abord refusé d’intégrer de telles créations à leurs banques d’images.

Shutterstock s’est ravisé après une analyse plus poussée. Ils veulent certainement prendre une longueur d’avance sur Getty, leur concurrent.

De toute façon, tous les autres vont devoir emboîter le pas s’ils ne veulent pas rester derrière, voire disparaître. C’est une technologie tournée vers le futur, qui n’a pas fini d’évoluer.

Shutterstock accepte uniquement les images générées par l’IA DALL-E de OpenAI. C’est un partenariat entre les deux entités.

Shutterstock met des images à la disposition de OpenAI pour entraîner ses modèles.

Ils ont créé un fonds qui permet d’offrir une rétribution à des artistes dont le travail est utilisé pour l’entraînement des AI. Les montants qui y sont octroyés ne sont pas dévoilés.

Ce qui s’en vient :

Meta avec Make-a-scene et Google avec Imagen vont aller encore plus loin avec la génération d’images. On pourra ajouter un croquis à notre prompt pour un résultat plus précis, entre autres.

J’ai tellement hâte de tester ça! Je l’ai juste vu en vidéo mais je trépigne d’impatience.

La création de prompts de qualité et très détaillés va devenir une compétence majeure dans la production d’œuvres générées par l’IA.

Ça va devenir un métier en soi. Rédacteur et rédactrice de prompts.

Tout comme Illustrateur et illustratrice AI dont j’ai parlé récemment dans une publication LinkedIn.

Les constats de mes tests

  • Une image me ressemble. Probablement créée à partir d’une photo datant de quelques années. Quand j’avais les cheveux bruns.
  • Mon droit à l’image est assez bien protégé par les IA plus « fiables » ou c’est que je ne suis pas assez connue.
  • Si j’étais célèbre, le constat aurait probablement été différent.

Il va falloir regarder avec attention les lois qui seront mises en place pour éviter les dérapages.

Ça prend une législation internationale.

Les IA se développent à une vitesse incroyable en ce moment même. Le monde n’était pas prêt pour toutes les implications que ça apporte et peine à suivre la cadence imposée par la technologie.

C’est effrayant et impressionnant en même temps.

Je ne m’inquiète pas pour le moment mais il faut suivre ça de près.

As-tu peur pour ton droit à l’image?

Abonne-toi à notre chaîne You Tube pour des conseils pertinents: SFM Formations.

Visite notre blogue pour d’autres articles: https://flashmarketing.ca/blogue/

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *